Analyse photovoltaïque du WWF 2019 – informations de fond

Aktualisiert: 7. Sept 2020


Pour la seconde fois, nous publions notre analyse sur le courant solaire à l’échelle nationale. Le but est d’effectuer un suivi du développement des installations photovoltaïques en Suisse et de le comparer avec le potentiel économique et technique. L’année dernière, nous avons démontré le potentiel déjà exploité au 1er janvier 2018 et quelles communes étaient en tête en termes d’utilisation du potentiel photovoltaïque. Cette année, nous mettons l’accent sur les taux d’expansion et un bilan de la situation par rapport à une utilisation à 100 % des ressources disponibles. Notre conclusion sans appel : au rythme actuel, il faudrait il faudrait attendre l'année 2282 pour exploiter le potentiel total en Suisse !


Données sur les installations photovoltaïques existantes et potentielles

Les installations existantes comprennent toutes les installations photovoltaïques qui ont été enregistrées avant le 1er janvier 2020, soit par le biais de la rétribution à prix coûtant (RPC), soit par la rétribution unique (RU). Pratiquement toutes les installations photovoltaïques en Suisse sont enregistrées dans l'une de ces deux sources de données¹. Selon l'Office fédéral suisse de l'énergie (OFEN), « la quasi-totalité des nouvelles installations PV fait l’objet d’une demande de RU » (rapport d'évaluation RU de l'OFEN, p. 14). Les données sur les bénéficiaires de la RPC sont accessibles au public. Dans le cadre de cette analyse, nous avons obtenu les données sur la RU de la société responsable, Pronovo, sous forme anonyme au niveau du code postal². Fin 2019, la capacité PV totale installée était de 2,13 gigawatts crête (GWp). La production d'énergie correspondante prévue est d'environ 2,20 térawattheures (TWh) par an.


Pour calculer le potentiel économiquement et techniquement réalisable, nous avons utilisé toutes les surfaces de toit recensées par Swisstopo (en octobre 2019) qui sont classées au moins comme « bonnes » en termes de potentiel PV et qui ont une taille supérieure à 10 mètres carrés. On suppose un taux d'occupation moyen de 70 % et un rendement de module de 17 %. Le potentiel PV qui en résulte pour l'ensemble de la Suisse est d'environ 55,0 gigawatts crête (GWp). La production d'énergie correspondante prévue est de 54,2 térawattheures (TWh) par an. Cette valeur correspond assez bien au rapport de suivi de l'OFEN sur la stratégie énergétique 2050, qui indique un potentiel PV économique de 50 TWh par an pour 2035 (p. 79 dans la version longue du rapport). Toutefois, le rapport estime que le potentiel économique disponible au niveau actuel est beaucoup plus faible, avec seulement 10 TWh par an, et le potentiel techniquement possible dans son ensemble à 63 TWh par an. A titre de comparaison, en 2019, la consommation d'électricité de la Suisse était de 57,2 TWh et celle de pétrole de 113,0 TWh (source : OFEN). Un potentiel photovoltaïque de 54,2 TWh par an correspond donc à peu près à la consommation actuelle d'électricité ou à un tiers de la consommation totale d'énergie actuelle en Suisse.

Taux d’utilisation du photovoltaïque en Suisse

Pour calculer le taux d'utilisation du photovoltaïque, nous additionnons la puissance installée des systèmes mis en service au fil du temps et la comparons au potentiel réalisable. La figure 1 ci-dessous montre l'utilisation totale en Suisse (ligne verte) de début 2007 à fin 2019, qui est constituée de la somme des installations RPC (ligne orange) et RU (ligne violette). Fin 2019, 3,9 % du potentiel photovoltaïque total de la Suisse était exploité. Nous avons déterminé la croissance annuelle moyenne pour les trois dernières années, de 2017 à 2019, en utilisant une régression linéaire avec une pente de 0,37 points de pourcentage par an (ligne verte en pointillé). Si nous extrapolons l’augmentation moyenne des trois dernières années à l'avenir, il faudrait 262 ans, c'est-à-dire jusqu'en 2282, pour exploiter 100 % du potentiel PV actuel !



Fig. 1 : Utilisation du potentiel photovoltaïque en Suisse de début 2007 à fin 2019 (ligne verte), extrapolation du taux d'utilisation actuel (ligne verte en pointillé) et objectif de la Stratégie énergétique 2050 pour l'année 2035 (notre estimation, voir texte).


2035 vs. 2046 ou 2050 vs. 2106 ou 2282 ?

Comme le montre la figure 1, l'approximation linéaire est très proche de l'évolution réelle au cours des trois dernières années. Malheureusement, nous n'avons pas encore affaire à une croissance exponentielle, comme celle qui est tant redoutée en ces temps de Covid-19.

La stratégie énergétique de la Confédération fixe un objectif " minimum " de 11,4 TWh par an pour la production d'électricité à partir d'énergies renouvelables hors hydroélectricité (systèmes PV, installations de combustion de déchets et de bois, éoliennes, installations de biogaz) pour 2035 et un objectif " minimum " de 24,2 TWh par an pour 2050 (version longue du rapport de suivi de la stratégie énergétique 2050, Fig. 1). Selon le rapport de suivi, la majorité de ces énergies renouvelables proviendra probablement d'installations photovoltaïques. En supposant que 65 % de ces énergies renouvelables proviennent de la production photovoltaïque en 2035 et 80 % en 2050, nous arrivons à un objectif de 13,7 % d'utilisation du photovoltaïque en 2035 et de 35,7 % en 2050.

Au rythme actuel, l'objectif pour 2035 ne serait pas atteint avant 2046 et l'objectif pour 2050 ne le serait pas avant 2106.

En d’autres termes, l’installation de panneaux solaires devrait progresser environ deux fois plus vite pour atteindre la valeur cible de 2035, et trois fois plus vite pour atteindre la valeur cible de 2050. L’ambitieux objectif d’exploiter la totalité du potentiel photovoltaïque en 2050 est encore plus lointain : il faudrait une croissance de 3.2 points de pourcentage par an, c’est-à-dire une évolution huit fois plus rapide que le rythme actuel.


Ces dernières années, cependant, la tendance a même été à l'opposé. Par rapport à la période 2012-2016, le taux a légèrement diminué, passant de 0,51 à 0,37 points de pourcentage par an³. Un examen plus attentif de la figure 1 pourrait donner à penser que le nouveau programme RU n'a pas encore pu compenser entièrement le manque de dynamisme du programme RPC qui arrive à expiration. Le rapport d'évaluation sur la RU de l'OFEN constate également une baisse des demandes, qui est principalement due aux « doutes, incertitudes et longs délais d’attente provoqués par le passage du régime RPC au régime [RU] » à partir du 1.1.2018 (p. 15 du rapport d'évaluation). Selon le rapport, cependant, non seulement la RU mais aussi la consommation propre sont principalement décisives pour la rentabilité d'un système PV (p. 10 du rapport d'évaluation).


Cependant, nous ne pouvons et ne voulons pas répondre ici de manière concluante à la question de savoir si le levier décisif réside au niveau politique. Nous préférons essayer d'apporter notre contribution en aidant à automatiser et à simplifier le traitement des potentiels, l'acquisition de clients et la planification des systèmes PV avec notre plateforme Swiss Energy Planning !


Taux d’utilisation du photovoltaïque dans les différents cantons